L'Illustre Colette et sa maison natale


Au cœur du village de Saint-Sauveur-en-Puisaye, une maison bourgeoise à la façade claire et au toit d’ardoise se démarque de ses voisines et piquera votre curiosité : sur sa façade, une plaque est apposée et porte l’inscription suivante : « Ici Colette est née ».



Sidonie Gabrielle Colette naît en 1873 à Saint-Sauveur-en-Puisaye, en Bourgogne. Figure majeure de la littérature française et de l’émancipation féminine, celle que l’on connaît surtout sous le nom de Colette fut présidente de l’académie Goncourt et la première femme à avoir eu des obsèques nationales.


Très attachée à sa Bourgogne et à sa maison natale, Colette l’intègre dans son œuvre littéraire comme un de fil rouge. La maison est ainsi présente dans Claudine à l’école (1900), La Maison de Claudine (1922), Sido (1930) et enfin Ces dames anciennes (1954).


En 2011, lors de la création du label « Maisons des Illustres », Frédéric Mitterrand, alors Ministre de la Culture, conclue son discours de lancement en prenant pour exemple la Maison de Colette. Un an après, en 2012, la Maison de Colette est inscrite au label.


Dans cet article nous revenons avec Frédéric Maget, directeur de La Maison de Colette, sur l’histoire –à rebondissements- de cette "Maison" et sur la mobilisation de passionnés qui permet aujourd’hui de préserver ce lieu d’exception.



Colette à Saint-Sauveur-en-Puisaye



Dans la maison familiale de Saint-Sauveur, Colette passe une enfance heureuse et paisible, entourée de sa famille. Des difficultés financières viennent ternir cette période d’insouciance et la famille est contrainte de quitter la maison lorsque Colette a 18 ans. C'est un véritable traumatisme pour la jeune femme, qui, au contact de la nature et de ses proches se façonne un style et une sensibilité unique.


Écrivaine célèbre, sa maison est rachetée en 1925 par un lecteur qui lui en donne l’usufruit . Elle y reconstitue son paradis perdu. L’importance du lieu est alors reconnue, nous explique Frédéric Maget : « Lorsque le gouvernement appose la plaque sur la maison, en 1925, on a une reconnaissance de l’intérêt patrimonial du lieu ».


Colette rachète finalement sa maison natale et la revend en 1950, quatre ans avant sa mort, à son dernier locataire. Ses enfants en héritent et font de la maison leur résidence secondaire. Au début des années 2000 un litige éclate entre les nouveaux héritiers. La maison n’est plus entretenue et se délabre pendant près d’une décennie.



Le sauvetage de la maison natale de Colette


C’est en 2010 que naît l’association « La Maison de Colette », alertée par l’état de dégradation de la Maison. « Notre projet vient d’un constat. Lorsque nous apprenons sa mise en vente, personne ne veut sauver la maison, d’où la création de l’association qui rassemble des passionnées. Cette maison incarne sa mémoire et son œuvre. », se souvient son directeur. L’association réunit alors 300 000 euros et convainc les propriétaires de vendre. C’est alors véritablement le début de l’aventure pour La Maison de Colette, rachetée en 2011. Elle ouvre ses portes en 2016, après trois années de travaux de restauration qui permettent de recréer le décor de vie de l’écrivaine. Propriétaire et gestionnaire du lieu, l’association La Maison de Colette est appuyée par la Société des Amis de Colette.




Colette, une illustre à Saint-Sauveur-en-Puisaye


La Maison de Colette obtient le label "Maison des Illustres" en 2012 et s’intègre totalement dans l’identité du label. Petite particularité du lieu : « Cette maison va l’accompagner toute sa vie. Souvent, chez les Illustres, ce sont des maisons achetées quand les personnages étaient célèbres », précise Frédéric Maget. Ici le visiteur pénètre dans une maison hors du temps, qui restitue l’intimité de son illustre hôte. Élément important du label, la programmation culturelle est au cœur de La Maison de Colette qui propose un véritable pôle culturel autour de la demeure.

Son directeur insiste : la Maison de Colette n’est pas un musée. Le lieu est véritablement pensé comme une maison d’écrivain et prend le contre-pied d’un musée qui, par définition, met en avant une collection. A contrario d’un musée, aucun cartel, aucun panneau explicatif n'est présent dans ce lieu d’exception.


Véritable lieu de culture, la demeure de l’illustre propose toute une programmation autour de la place des femmes dans l’Histoire : des expositions dans la « chambre des garçons », le "Festival international des écrits de femmes", le festival de musique "Comme ça me chante !", de nombreuses lectures, rencontres, projections, ateliers pédagogiques tels que « les petits marmitons » qui invitent les enfants à cuisiner à partir de recettes que l’on retrouve dans les ouvrages de Colette ainsi que des animations variées. « On se rend compte que cette programmation trouve sa place dans la région et qu'un public fidèle vient à sa rencontre ». reconnaît Frédéric Maget.


Justement, le public de la Maison de Colette est pluriel : passionnés, curieux, locaux, scolaires etc. Nombreux sont les visiteurs désireux de découvrir l’œuvre de l’auteure ou les lieux qui l’ont inspiré toute sa vie. « Le lieu incarne sa mémoire et son œuvre. Parce qu’elle décrit sa maison, nous avons une masse textuelle considérable et nous tentons de reconstituer ce décor», explique son directeur. Il existe aussi un public spécifique pour les maisons d’écrivains et d’Illustres, le Guide des Maisons des Illustres du ministère de la culture est un véritable succès à la boutique de La Maison de Colette, ce qui témoigne de l’intérêt du grand public pour ces lieux spécifiques.


Quant au label, Frédéric Maget regrette simplement, « Il n’y a pas de vie insufflée à ce label. Il existe des initiatives personnelles ou régionales, comme en Bourgogne par exemple, mais aucun service n’est chargé de cette valorisation au sein du Ministère de la culture. »



Restaurer et réhabiliter la Maison de Colette


Aujourd’hui de nouveaux travaux sont nécessaires à La Maison de Colette. Lors des précédentes restaurations les écuries et remises n’ont pas pu être restaurées. Les intempéries et la sécheresse ont eu raison du bâtiment qui se dégrade et dont la charpente s’affaisse. Des trous se créent dans la toiture et les murs s'abîment. La Mission Bern a accordé 300 000 euros pour ces travaux qui permettront de restaurer et de réhabiliter les écuries et remises. Ce montant ne couvre pas la totalité des travaux : près de 700 000 euros sont nécessaires. Ces espaces accueilleront la programmation culturelle et pédagogique du lieu, qui, par manque de place, ont lieu dans d’autres espaces du village. La Maison de Colette souhaite également développer le mécénat. Ce projet est accompagné par la Fondation du patrimoine qui a lancé une vaste campagne de dons pour soutenir le projet et compléter les fonds apportés par la Mission Bern. Son directeur nous confie : « Nous espérons une ouverture de cet espace d’ici le mois de mai 2022 ».



Autofinancée à 100%, La Maison de Colette connaît des difficultés inhérentes au contexte actuel. Frédéric Maget nous éclaire : « La nature même du lieu complexifie la situation : la maison est rangée dans la même case que les musées. On ne peut pas respecter les consignes de la même manière, nous avons des médiations uniquement guidées. Il a donc fallu se réinventer, avec des visites semi-libres. La Maison de Colette est un lieu qui se veut dé-muséifié, sans cartels. Ce fut très compliqué à tous points de vue. Les espaces sont petits et prévus pour une médiation guidée. En temps normal nous avons 200 à 250 visiteurs par jour en période estivale. Cet été la jauge était de 100 visiteurs par jour ». En septembre et octobre la « Maison » a tout de même pu organiser une programmation à l'occasion des 50 ans du MLF – Mouvement de Libération des Femmes.


Si vous souhaitez soutenir La Maison de Colette c’est par ici !


Photographies :


- Maison de Colette, façade nord ©Clier, Maison de Colette

- Colette à 11 ans© Archive de la Maison de Colette

- Maison de Colette, Salle à manger ©Clier, Maison de Colette

- Maison de Colette, Chambre de Colette ©Clier, Maison de Colette

- Maison de Colette, Bibliothèque ©Clier, Maison de Colette


33 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
LOGO brique.png

Abonnez-vous à notre newsletter !

contact@almaheritage.com

Aliénor : 06 28 52 44 30 • Marie : 06 51 33 27 89

  • ALMA HERITAGE
  • ALMA HERITAGE
  • ALMA HERITAGE
  • ALMA HERITAGE
  • Blanc Icône YouTube
  • Alma Héritage - Pinterest
  • Tiktok

©2021 Alma Heritage