"Emily in Paris" : dans les coulisses du tournage au château de Sonnay et à l'hôtel du Grand Veneur

Aujourd'hui, nous vous emmenons dans les coulisses de la série du moment Emily in Paris sortie le 2 octobre dernier sur Netflix. Réalisée par Darren Star, la série est la vitrine de nombreux lieux historiques. Parmi eux, le château de Sonnay en Touraine et l’hôtel du Grand Veneur à Paris.



Plantons le décor :


Dans le 4e épisode, Emily se rend au vernissage d’un artiste. Cette fameuse scène a été tournée à l’hôtel du Grand Veneur, au coeur du Marais, en partie acquis en 2014 par la galerie Perrotin. Présentes tout au long du tournage pour chapeauter les opérations, Caroline Verhalle, la directrice du pôle événementiel de la galerie et son assistante Joy des Horts se sont entretenues avec nous. « Nous connaissons le lieu comme notre poche et notre rôle est aussi de le préserver, nous étions donc constamment auprès des équipes techniques pour toutes leurs installations et afin de répondre à leurs questions. Nous étions entièrement disponibles afin de les recevoir le mieux possible tout en conservant l’identité du lieu », nous expliquent-elles.


Plus tard dans la série, Emily se rend en week-end en Champagne, à Epernay plus précisément. Le château, élégant de simplicité se trouve en réalité au coeur de la Touraine ! Situé non loin de Chinon dans le village de Cravant-les-Côteaux, le château de Sonnay a été érigé au XVe siècle et agrandi au XIXe. Implanté au coeur d’un vaste parc et d’un vignoble, le domaine appartient à Frédéric de Foucaud avec qui nous avons parlé du tournage et de son métier dans l’audiovisuel du patrimoine.


Tournage hollywoodien en plein coeur du Marais et du pays chinonais


C’est par le biais de son activité PLATEAU - l’acronyme de Poitou Loire Anjou Touraine Entrepreneurs Audiovisuels Unis, son entreprise qui propose des lieux de tournage, nous y reviendrons - qu’il a été contacté pour la série Emily in Paris : « Je savais que la production cherchait un décor, un château implanté dans un vignoble, ils étaient à la recherche d’une propriété en Champagne. Via PLATEAU je leur ai proposé une douzaine de lieux », nous explique Frédéric de Foucaud. Seulement, le régisseur s’attarde sur Sonnay, lieu du rendez-vous, qui ne faisait pas parti de sa sélection et que le réalisateur choisira finalement. Une surprise pour son propriétaire, le château n’est ni en Champagne, ni en possession d’une piscine (des plans raccords ont été réalisés avec une autre propriété non loin de là) !


Il fallait justement donner l’illusion d’être en Champagne et, pour cela, la maison et la cave ont été intégralement transformées. La production est aussi venue avec des camions remplis de mobilier pour créer une toute nouvelle décoration. Question logistique, le tournage, qui a eu lieu en 2019, a duré deux semaines et l’équipe ne comptait pas moins de 135 membres et 45 camions ! (découvrez ici le making off du tournage)


À L'hôtel du Grand Veneur, le tournage a eu lieu peu de temps avant Sonnay, en septembre 2019, avec une équipe presque tout aussi importante (100 personnes environ) durant une grande semaine.


Comme à Sonnay, les espaces ont été remodelés à la galerie Perrotin. Joy nous explique que le plan de la galerie été modifié, notamment par ses entrées. Plus précisément, l’intrigue se passe dans son showroom privé, la « salle de bal », entièrement rénové en mai 2014 pour y exposer un panel des artistes de la galerie. Les oeuvres observées dans la série ne sont pas celles de la galerie. « Nous n’avons malheureusement pas pu exposer celles de nos artistes pour des questions de droits d’auteur, très compliquées à mettre en place dans le cadre d’un tournage » nous indique Joy.


Des tournages ponctuels dans des lieux historiques


C’est la deuxième fois que le château de Sonnay accueille un tournage. L’année précédente, en 2018, Jean-Pierre Mocky investissait les lieux pour le tournage de son téléfilm Hitchcock by Mocky, 8 épisodes ont été tournés avec PLATEAU dont un à Sonnay. « Ce tournage est vraiment une antithèse de celui d’Emily in Paris, l’équipe était beaucoup plus réduite, ils étaient douze et donc beaucoup plus polyvalents », reconnaît son propriétaire.


Par ailleurs, très peu de tournages ont lieu à l’hôtel du Grand Veneur déplorent Caroline et Joy « c’est un moment intense mais riche d’expériences et de rencontres avec des métiers que nous ne rencontrons pas dans notre sphère habituelle ! Nous avons créé de nombreux liens et espérons recevoir Emily in Paris pour une saison 2 ! » nous confient-elles.

Frédéric de Foucaud, un propriétaire investi dans la valorisation du patrimoine


Frédéric de Foucaud est très attaché au château de Sonnay, celui de ses ancêtres qu’il restaure depuis maintenant 25 ans. Il s’est tout particulièrement concentré sur le château et sa chapelle, et, le moins que l’on puisse dire, c’est que ses efforts payent : la chapelle a reçu un prix VMF (Vieilles Maisons de France) et son château attire les réalisateurs français et américains ! « Ca me fait plaisir car je l’ai complètement restauré moi-même, j’ai changé les lucarnes, les embrasures de portes et de fenêtres, j’ai refait beaucoup de choses avec des éléments anciens et d’époque, quand le réalisateur (Darren Star ndlr) est arrivé en disant "oh c’est magnifique, c’est pur jus XVe!". Cela signifiait qu’au moins en terme de décoration j’avais réussi à faire de cette maison un endroit attractif ! », témoigne-il.



Frédéric de Foucaud oeuvre activement pour la protection et valorisation du patrimoine à travers de nombreuses activités. Il décide de créer, il y a maintenant deux ans de cela, un pôle audiovisuel, PLATEAU. L’entreprise est située à Fontevraud, qui se trouve être le carrefour de quatre départements et trois régions - Centre, Nouvelle-Aquitaine et les Pays de la Loire. Frédéric de Foucaud nous apprend qu’il s’agit d’un secteur géographique délicat à identifier, avec des difficultés de survivance et souvent vu comme un fond de territoire ; alors que, paradoxalement, c’est un des territoires les plus riches de France en matière patrimoniale, mais aussi en terme de densité et de diversité. Cette dernière se fait avec l’évolution architecturale allant des tours médiévales aux petites fermes et seigneuries fortifiées de la guerre de cent ans, des châteaux royaux de la Renaissance aux belles propriétés qui fleurissent du XVIIe au XIXe siècle le long de la vallée de la Loire. Parallèlement à cela, nous dénombrons des villes fortes comme Loudun, Saumur, Chinon, Châtellerault, Thoires avec une grande variété de décors avec des bâtiments anciens ou modernes. C’est notamment du fait de cette pluralité du patrimoine peu exploité et de la présence d'un baccalauréat spécialité "cinéma et audiovisuel" à Loudun avec une offre d'emploi faible que Frédéric de Foucaud a eu l’envie de créer PLATEAU.


PLATEAU étant un outil de travail pour l’audiovisuel, notamment pour le cinéma, un territoire a été déterminé : le « pays PLATEAU » faisant 45km de rayon autour de Fontevraud. En effet, une équipe de tournage ne peut pas se déplacer de plus de 45 km par jour. L'agence compte aujourd’hui près de 600 décors.


Fort de la réussite de PLATEAU, Frédéric de Foucaud réalise aujourd'hui des reconstitutions en 3D de patrimoines disparus avec son application « Histoire à la carte ». « Vous avez une collégiale en ruine, on la reconstruit. Un château disparu comme celui de Richelieu, on est en train de le reconstruire complètement à l’extérieur, en remettant le mobilier à l’intérieur. On chine beaucoup dans les archives, les legs testamentaires, la BNF et, grâce à cela, on réussi à reconstituer. On a aussi refait le château de la Mothe-Chandeniers. En ce moment, on travaille beaucoup en Normandie sur des sites disparus que l’on reconstruit pour de l’immersion virtuelle ».


PLATEAU prend aujourd’hui une nouvelle tournure, en devenant un projet de territoire avec les collectivités. « Nous sommes installés à Roiffé et nous sommes en train d’implanter un plateau de tournage de 1000 m2 qui pourrait permettre aux productions qui s’installent ici d’avoir une véritable caisse à outils, avec une formation aux métiers du décor de cinéma ! », nous confie Frédéric de Foucaud.


Par ailleurs, ce propriétaire polyvalent préside depuis 13 ans la Société d'histoire de Chinon, société savante ancienne reconnue d’utilité publique. Il a également créé une fédération inter-associative de toutes les sociétés d’histoire du Maine-et-Loire, de la Vienne, des Deux-Sèvres.

Photographies :

• Le château de Sonnay pendant le tournage d'Emily in Paris ©relais-de-sonnay.fr

• Frédéric de Foucaud pendant le tournage d'Emily in Paris ©Frédéric de Foucaud

• Caroline Verhalle et Joy des Horts pendant le tournage d'Emily in Paris ©Joy des Horts

• Le showroom de l'hôtel du Grand Veneur pendant le tournage d'Emily in Paris ©Joy des Horts

• L'hôtel du Grand Veneur pendant le tournage d'Emily in Paris ©Joy des Horts

• Le château de Sonnay pendant le tournage d'Emily in Paris ©relais-de-sonnay.fr

LOGO brique.png

Abonnez-vous à notre newsletter !

contact@almaheritage.com

Aliénor : 06 28 52 44 30 • Marie : 06 51 33 27 89

  • ALMA HERITAGE
  • ALMA HERITAGE
  • ALMA HERITAGE
  • ALMA HERITAGE
  • Alma Héritage - Pinterest

©2020 Alma Heritage